Je refuse de mettre des pneus hiver

Je refuse de mettre des pneus hiver car :
– C’est ma voiture, mon choix, ma liberté ;
– L’efficacité des pneus hiver n’est pas prouvée, si ce n’est par des études réalisées par les fabricants (tu m’étonnes) ;
– Ma voisine Fernande a eu un accident après avoir mis ses pneus hiver ;
– Certains en sont déjà à leur 3e jeu de pneus, ça prouve bien leur inefficacité.
– On ne sait pas avec quoi ils sont fabriqués ;
– Les géants du pneu nous font peur avec l’hiver juste pour s’enrichir ;
– D’ailleurs, ce sont les géants du pneu qui ont inventé la neige et qui l’épandent la nuit quand vous dormez ;
– Si j’ai des pneus, le gouvernement peut me suivre à la trace dans la neige.
Renseignez-vous, ouvrez les yeux, cessez d’être des moutons !
Cette année, les pneus hiver, je dis non !

Non, je ne sais pas ce qu’il y a dans ce vaccin

Oui, je suis vacciné. Et, non, je ne sais pas ce qu’il y a dans ce vaccin. Ni dans celui-ci, ni dans ceux que j’ai eu enfant. Je ne sais pas non plus ce qu’il y a dans beaucoup d’autres traitements, que ce soit pour le cancer, le sida, la polyarthrite, etc. Je ne sais pas non plus ce qu’il y a dans l’Ibuprofène ou d’autres médicaments vendus en vente libre. Je les utilise parce qu’ils guérissent mes maux de tête et mes douleurs. Je ne sais pas ce qu’il y a dans l’encre pour les tatouages, les vapes, les hot-dogs, la fricadelle, le coca ou encore le chocolat. Je ne sais pas non plus quels sont tous les ingrédients utilisés dans mon savon, shampooing ou parfum . Je ne sais pas quel sera l’effet à long terme de l’utilisation du téléphone portable sur ma santé et celle de mes enfants. Comment puis-je savoir si ce restaurant où je viens de manger a VRAIMENT utilisé des aliments propres et frais et si le personnel s’est bien lavé les mains ? Bref, il y a beaucoup de choses que je ne connais pas et que je ne connaitrai jamais.
Je sais juste une chose : la vie est courte, très courte, trop courte et je veux pouvoir faire autre chose que d’aller travailler tous les jours ou de rester enfermé chez moi. Je veux pouvoir voyager et embrasser les gens sans crainte et retrouver un petit sentiment de vie comme avant.
Enfant et adulte, j’ai été vaccinée contre les oreillons, la rougeole, la rubéole, la polio, le tétanos et pas mal d’autres maladies. Mes parents et moi avons fait confiance à la science et nous n’avons jamais eu à en souffrir ou à transmettre l’une de ces maladies susmentionnées.
C’est pourquoi j’ai fait confiance à mon médecin quand il a dit que la vaccination était nécessaire. Je suis vaccinée, non pour plaire au gouvernement et non je ne suis pas un « mouton » mais je me suis bien fait vacciner pour :

  • ne pas mourir du Covid,
  • ne pas encombrer un lit d’hôpital si je tombe malade,
  • embrasser mes proches,
  • ne pas avoir à faire de test PCR ou antigénique pour sortir danser, aller au restaurant, partir en vacances et bien d’autres choses à venir,
  • vivre ma vie,
  • que Covid-19 soit un vieux souvenir,
  • me protéger, NOUS protéger.
    Prenez conscience qu’il y a plus de danger à manger certaines choses que de faire un vaccin contre un virus MORTEL mondial.
    Chacun fait ses choix.
    Ce texte est copié et vous pouvez en faire autant. Qu’on se le dise !Z

    PS : Sans compter les vaccins OBLIGATOIRES pour aller en vacances dans certaines contrées du monde, et là pas de problème les incrédules les feront sans rechigner !!

Mon bonhomme de neige victime à son tour de la loi du genre ?

Préparons l’hiver !

Il faut savoir prendre la neige du bon côté, avec Jacques Prévert : « Avec une pipe en bois galope le grand bonhomme de neige […] Poursuivi par le froid il arrive au village…, le voilà rassuré. »
Pas si rassuré que ça, ce matin, mon bonhomme de neige… Alors que j’allais sacrifier à mon tour à cette tradition des matins de neige, voilà qu’un ami me met en garde sur Facebook contre les réactions et commentaires auxquels je m’expose – et qu’il vient lui-même d’essuyer avec son bonhomme de neige. Voilà son témoignage, je vous laisse juge…
« Il neige… Il a neigé toute la nuit. Ce matin je décide de faire un bonhomme de neige sur le trottoir devant ma maison !
9 h 00, mon bonhomme de neige est terminé. Il a fière allure.
9 h 05 : une féministe passe et me demande pourquoi je n’ai pas fait une bonne femme de neige ! Bon !
Je fais donc aussi une bonne femme de neige !
9 h 10 : la femme de ménage du voisin est scandaliseé et me traite d’obsédé sexuel, parce que je lui ai fait des seins trop volumineux !
9 h 15 : au nom de la loi sur l’interdiction de fumer et la lutte contre le tabagisme, un passant me reproche d’avoir mis une pipe dans la bouche de mon bonhomme de neige. C’est un très mauvais exemple pour les jeunes.
9 h 20 : un couple gay me fait remarquer que j’aurais pu faire deux bonhommes de neige !
9 h 25 : une végétarienne me reproche d’avoir utilisé une carotte pour faire le nez de mon bonhomme ! On ne gaspille pas la nourriture.
9 h 30 : deux lesbiennes du quartier me demandent pourquoi je n’ai pas fait deux bonnes femmes de neige !
9 h 35 : voilà que l’on me traite de raciste parce que mon bonhomme et ma bonne femme sont blancs !
9 h 40 : des islamistes exigent que je mette un voile à la bonne femme de neige.
9 h 50 : un gauchiste me reproche d’avoir mis un chapeau haut-de-forme sur la tête du bonhomme ! Le chapeau haut-de-forme est le symbole de l’aristocratie et du capitalisme !
9 h 55 : un groupe de gilets jaunes veut que je lui mette un gilet jaune. De peur qu’ils cassent tout, je cherche le gilet jaune dans ma voiture et le lui enfile.
10 h 00 : des collégiens de passage essaient de mettre le feu à mon bonhomme avec leurs briquets : ils ne savent pas que la neige ne brûle pas ! »

© Copyright 2020 Boulevard Voltaire
Auteur : José Meidinger 18 janvier 2021

ÉCOLE : Nous rappelons aux parents que c’est à la maison que leur enfant doit apprendre les mots magiques

Bonjour Bonsoir
S’il vous plaît
Est-ce-que je peux… ?
Pardon
Merci beaucoup

C’est aussi à la maison qu’il doit apprendre :
À être honnête
À ne pas mentir
À être correct
À être ponctuel
À ne pas dire de gros mots
À respecter ses amis
À faire preuve de solidarité
À respecter les personnes âgées et les professeurs

C’est toujours à la maison qu’il doit apprendre :
À être propre
À ne pas parler la bouche pleine
À ne pas jeter les déchets par terre

C’est encore à la maison qu’il doit apprendre :
À être organisé
À prendre soin de ses affaires et à ne pas toucher à celles des autres

Ici, à l’école, nous lui apprenons :
Les mathématiques
Les sciences
La géographie
L’histoire
Les langues
L’éducation physique
et ne faisons que renforcer l’éducation que votre enfant a reçue à la maison…

LES BIZARRERIES DE LA LANGUE FRANÇAISE

Nous portions les portions.
Les poules du couvent couvent.
Mes fils ont cassé mes fils.
Il est à l’Est.
Je vis ces vis.
Cet homme est fier. Peut-on s’y fier ?
Avant, nous éditions de belles éditions.
Je suis content qu’ils content ces histoires.
Il convient qu’ils convient leurs amis.
Ils ont un caractère violent : ils violent leurs promesses.
Nos intentions sont que nous intentions ce procès.
Ils négligent leurs devoirs, je suis moins négligent
qu’eux.
Ils résident à Paris chez le résident d’une nation étran-
gère.
Les cuisiniers excellent à faire ce mets excellent.
Les poissons affluent à un affluent.

Les régimes politiques

Expliqué avec des vaches, c’est tout de suite plus simple!

SOCIALISME : Vous avez 2 vaches. Vos voisins vous aident à vous en occuper et vous partagez le lait.

COMMUNISME : Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous prend les deux et vous fournit en lait.

FASCISME : Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous prend les deux et vous vend le lait.

NAZISME : Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous prend la vache blonde et abat la brune.

DICTATURE : Vous avez 2 vaches. Les miliciens les confisquent et vous fusillent.

FEODALITE : Vous avez 2 vaches. Le seigneur s’arroge la moitié du lait.

DEMOCRATIE : Vous avez 2 vaches. Un vote décide à qui appartient le lait.

DEMOCRATIE REPRESENTATIVE : Vous avez 2 vaches. Une élection désigne celui qui décidera à qui appartient le lait.

DEMOCRATIE DE SINGAPOUR : Vous avez 2 vaches. Vous écopez d’une amende pour détention de bétail en appartement.

ANARCHIE : Vous avez 2 vaches. Vous les laissez se traire en autogestion.

CAPITALISME : Vous avez 2 vaches. Vous en vendez une, et vous achetez un taureau pour faire des petits.

CAPITALISME DE HONG KONG : Vous avez 2 vaches. Vous en vendez 3 à votre société cotée en bourse en utilisant des lettres de créance ouvertes par votre beau-frère auprès de votre banque. Puis vous faites un « échange de lettres contre participation », assorti d’une offre publique, et vous récupérez 4 vaches dans l’opération tout en bénéficiant d’un abattement fiscal pour l’entretien de 5 vaches. Les droits sur le lait de 6 vaches sont alors transférés par un intermédiaire panaméen sur le compte d’une société des îles Caïman, détenu clandestinement par un actionnaire qui revend à votre société cotée les droits sur le lait de 7 vaches. Au rapport de ladite société figurent 8 ruminants, avec option d’achat sur une bête supplémentaire. Entre temps vous abattez les 2 vaches parce que leur horoscope est défavorable.

CAPITALISME SAUVAGE : Vous avez 2 vaches. Vous vendez l’une, vous forcez l’autre à produire comme quatre, et vous licenciez l’ouvrier qui s’en occupait en l’accusant d’être inutile.

BUREAUCRATIE : Vous avez 2 vaches. Le gouvernement publie des règles d’hygiène qui vous invitent à en abattre une. Après quoi il vous fait déclarer la quantité de lait que vous avez pu traire de l’autre, il vous achète le lait et il le jette. Enfin, il vous fait remplir des formulaires
pour déclarer la vache manquante.

ECOLOGIE : Vous avez 2 vaches. Vous gardez le lait et le gouvernement vous achète la bouse.

FEMINISME : Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous inflige une amende pour discrimination. Vous échangez une de vos vaches pour un taureau que vous trayez aussi.

SURREALISME : Vous avez 2 vaches. Le gouvernement exige que vous leur donniez des leçons d’harmonica.

REGIME SUISSE : Vous colorez vos vaches en violet pour faire du chocolat au lait Milka…

CAPITALISME EUROPEEN : On vous subventionne la première année pour acheter une 3ème vache . On fixe les quotas la deuxième année et vous payez une amende pour surproduction. On vous donne une prime la troisième année pour abattre la 3ème vache.

MONARCHIE CONSTITUTIONNELLE BRITANNIQUE : Vous tuez une des vaches pour la donner à manger à l’autre. La vache vivante devient folle. L’Europe vous subventionne pour l’abattre. Vous la donnez à manger à vos moutons.

CAPITALISME A LA FRANÇAISE : Pour financer la retraite de vos vaches, le gouvernement décide de lever un nouvel impôt : la CSSANAB (cotisation sociale de solidarité avec nos amies les bêtes). Deux ans après, comme la France a récupéré une partie du cheptel britannique, le système est déficitaire. Pour financer le déficit on lève un nouvel impôt sur la production de lait : le RAB (Remboursement de l’Ardoise Bovine). Les vaches se mettent en grève. Il n’y a plus de lait. Les Français sont dans la rue : « DU LAIT, ON VEUT DU LAIT ». La France construit un lactoduc sous la manche pour s’approvisionner auprès des Anglais. L’Europe déclare le lait anglais impropre à la consommation. On lève un nouvel impôt pour l’entretien du lactoduc devenu inutile : le IDLQV (l’Impôt Du Lactoduc Qu’est Vide) etc., etc.

REGIME CORSE : Vous avez deux cochons qui courent dans la forêt. Vous déclarez 20 vaches et vous touchez les subventions européennes.

VOIR d’autres variantes sur Wikipedia !

Énantiosèmes : mots ayant des sens contraires

Source : https://abcdufrancais.com/2021/11/08/mots-ayant-des-sens-contraires-enantiosemes/
Ce blog en lien est passionnant !
L’énantiosémie désigne des mots ayant différents sens dont au moins deux des sens sont des antonymes (et souvent des symétriques d’où le choix du terme enantio-). Elle serait propre aux langues anciennes et moins présente dans les langues modernes, s’expliquant par l’incapacité des hommes primitifs à penser un concept sans y associer son contraire.En 1910, Freud établit un parallèle entre l’énantiosémie et le langage des rêves, les psychanalystes pouvant interpréter un rêve en donnant à l’un de ses objets son sens contraire. L’ambivalence psychique, ou coprésence de tendances ou de désirs opposés, se reflèterait dans la langue par l’énantiosémie (coprésence des contraires). L’apprentissage du langage s’opère au moment de l’ambivalence entre fusion et séparation d’avec la mère et la langue en porte la marque profonde. Le désir est ambivalent et la sublimation s’effectue sur le mode ambivalent. L’énantiosémie de la langue s’avance masquée, comme l’Inconscient, mais reste sous-jacente dans le lexique, la syntaxe et la sémantique (dans le domaine de la négation, la prosodie, la phonologie et les figures de style). Elle est liée à la plasticité de la langue signifiant à la fois une chose et son inverse. Enfin, elle est au fondement de la pensée et de l’imaginaire. La poésie la magnifie dans l’harmonie des contraires.