« Je me souviens » de Boris Cyrulnik + mon grand-père et ma mère

cyrulnik-boris.jpg« Je me souviens… » est un tout petit livre (mais immense par son contenu) de Boris Cyrulnik (éd. Odile Jacob), un psychiatre et éthologue bien connu pour avoir développé le concept de résilience.
Né à Bordeaux en 1937, il se retrouve orphelin et, caché par une personne, réussit à échapper aux rafles. Dénoncé, puis arrêté en pleine nuit par la police française en 1944, il réussit, encore, à s’échapper et à passer entre les mailles du filet.
Extraits :
« Et puis unjour, ou plutôt une nuit – c’était tôt le matin quand j’ai été arrêté -, la rue a été barrée de chaque côté par des soldats en armes. C’étaient des Allemands mais j’ai été arrêté par la police française. Il y avait des camions en travers de la rue et puis, devant la porte, des inspecteurs français qui étaient là pour arrêter un enfant de six ans et demi! J’en ai alors conclu que j’étais quelqu’un de très important, ce qui m’a rendu mégalomane pour le restant de ma vie! » (p. 56)

« On m’a alors demandé de monter dans une traction. On m’y a poussé et, dans cette voiture, j’ai été surpris, parce qu’il y avait déjà un homme à l’intérieur, qui pleurait. Je le regardais pleurer et j’étais fasciné par sa glotte. Il avait une glotte qui montait et qui descendait. Quand il pleurait, sa glotte s’agitait et je trouvais ça très intéressant. C’est ce qui m’a le plus marqué ce jour-là.
De ce moment qui, pour beaucoup, aurait été terrifiant, je n’ai aucun souvenir d’angoisse, ni le souvenir d’avoir eu peur. Je me souviens seulement avoir pensé que les adultes étaient vraiment absurdes. Tant d’armes, tant de camions pour arrêter un enfant! Je trouvais ça stupide.
 » (p. 57 et 58)

« En fait, dans mon enfance, j’ai certainement fait un travail de transformation de mes blessures et, par la suite, j’ai « fait quelque chose » de cette enfance fracassée. Ça m’a rendu complètement psychiatre et, très tôt, je me suis interrogé : « Quelle est cette manière d’établir des rapports entre les humains? Il faut que je comprenne ce qui se passe dans la vie. » (p. 60)

Histoire à rapprocher de cet article :
http://christian.bouthier.org/2009/06/12/l’inspecteur-principal jabot et le journaliste/.
Pendant la guerre, mon grand-père faisait parfois prévenir « certaines personnes » la veille qu’elles allaient « recevoir de la visite » le lendemain matin très tôt. Je me souviens très bien qu’il m’a raconté cela à deux ou trois reprises, sans me dire par qui et comment il faisait prévenir les gens.
C’est ma mère qui me l’a raconté elle-même l’an dernier, peu après le décès de Papa. Elle m’a dit que son père lui disait de se rendre à bicyclette à telle adresse et de dire : « Vous aurez de la visite demain matin », pas un mot de plus, pas un de moins. Et elle devait repartir aussitôt comme elle était venue.
jabot_edmond.jpgComme à l’époque, mes grands-parents et ma mère habitaient Le Bouscat, et qu’elle faisait les « commissions » à bicyclette, son rayon d’action était relativement limité. Mon grand-père devait aussi très probablement faire attention à ne pas éveiller les soupçons en ne faisant pas prévenir que des gens du quartier pour ne pas se faire lui-même -et sa propre fille, ma mère- arrêter par la Gestapo et déporter.
Car c’est ce qui était arrivé à son collègue et meilleur ami dont il sortait parfois la photo en disant : « Tu vois, lui, il est mort en déportation ». Comme j’étais enfant, il n’ajoutait pas de détails sur ce que le collègue avait pu subir, probablement la torture avant d’être envoyé dans un camp mais on sentait l’émotion dans sa voix.
Je ne sais combien de personnes ont ainsi pu être sauvées par mon grand-père et ma mère, au péril de leur vie…
jabot_georgette.jpgEn tout cas, une jeune fille de 17 ans sur sa bicyclette n’éveillait pas les soupçons , mais que devait-il se passer dans son coeur et dans celui de son père qui faisait ainsi courir un risque certain à sa fille et qui mettait sa propre vie en danger?
Je vous laisse l’imaginer…
Je publierai un jour une vidéo dans laquelle Maman raconte elle-même un de ses épisodes.

PS: Je viens d’avoir Maman au téléphone et nous avons évoqué ces « transmissions d’information à bicyclette ». « Oh, c’était normal, m’a-t-elle répondu! Ce que je faisais était normal et beaucoup de gens le faisaient ».

Le syndrome de l’imposteur

L’autre jour, j’ai rencontré un collègue qui m’a dit que juste après son arrivée dans l’entreprise où je travaille, il avait été atteint du syndrome de l’imposteur. Je ne connaissais pas du tout ce syndrome et ça m’a étonné.

Voici ce que Wikipédia en dit ici :
Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur expriment une forme de doute maladif qui consiste essentiellement à nier la propriété de tout accomplissement personnel. Ces personnes rejettent donc plus ou moins systématiquement le mérite lié à leur travail. Elles se perçoivent souvent comme des dupeurs-nés qui abusent leurs collègues, leurs amis, leurs supérieurs.

Il s’agirait en l’occurrence d’un fantasme masochiste sapant les mécanismes narcissiques et polluant l’existence du sujet affecté. 60 à 70% des personnes douteraient, à un moment ou à un autre de leur carrière, de la réalité ou de la légitimité de leurs succès. Ces pensées négatives sont généralement dépassées par une certaine clairvoyance, mais elles peuvent finir par devenir invalidantes.

Pour d’autres le complexe de l’imposteur est lié à la peur de réussir et empêche les personnes qui en sont victimes de développer pleinement leur potentiel. Inconsciemment convaincues que leur réputation est usurpée, ces dernières fuient toute possibilité qui leur permettrait d’aller encore plus loin. Ces personnes vivent dans le doute et pensent qu’un jour elles seront démasquées et que quelqu’un fera la preuve de leur incapacité.

D’après mon collègue, ce syndrome toucherait beaucoup de gens ayant réellement réussi et reconnus dans leur domaine, tels que des avocats, des chercheurs et autres professions intellectuelles.
Étonnant, n’est-ce pas!

Le blog ci-dessous présente le même problème sous un angle assez humoristique que j’ai bien aimé.

http://xave.org/post/2007/05/09/820-le-syndrome-de-l-imposteur